Aller au contenu principal

Notice 06/05/01/04

22 avril 2020

Une affiche publicitaire (collection « in-quarto » Larousse) pour la promotion de « L’art et l’homme », un ouvrage de René Huyghe. L’illustration qui en couvre les quatre cinquièmes est composée de trois reproductions d’œuvres d’art (une en couleur, deux en noir et blanc) de formats différents, assemblées sans intervalle ni marge. L’ensemble est surmonté d’un bandeau blanc portant le nom de l’auteur et le titre de l’ouvrage (le mot « L’art » étant en gros caractères bas-de-casse gris).

La reproduction de droite (la plus grande) occupe à elle seule les trois quarts de la surface illustrée ; c’est un détail à dominante bleu et rouge, où l’on voit une Vierge à l’Enfant enveloppée d’une immense cape bleu foncé et montée sur un âne gris. À droite, un personnage vu de trois quarts arrière boit à la régalade ; il est coiffé d’une sorte de bonnet jaune et vert et tient sur l’épaule un bâton d’où pendent des linges blancs et une petite théière tripode. Une bourse est prise dans sa ceinture. La Vierge est nimbée, le fond du paysage semble être une forêt très verte, le sol est rocailleux.

Les deux autres reproductions sont en noir et blanc. Celle du bas représente une statue féminine vue de face, portant une coiffe d’où s’échappent de longues mèches frisées. Le vêtement est savamment plissé, l’avant-bras droit (absent) laisse place à un trou béant, ce qui laisserait supposer que la sculpture est en terre cuite. La dernière photo (la plus petite) représente un grand bâtiment de style néoclassique à trois niveaux, avec, en premier plan, un bassin et une vasque Médicis sur socle.

Un petit cartouche bleu à cheval sur cette photo et le bandeau supérieur précise que l’ouvrage paru est « en 3 volumes ».

L’affiche, jaunie et empoussiérée, est marquée aux angles de traces circulaires de rouille et de fines perforations. L’angle inférieur droit est déchiré ; la partie manquante est proche de celle d’une punaise.

L’impression a été réalisée par la SA Courbet à Paris.

dim. : 500 x 360

Notice 06/05/01/03

16 avril 2020

Une page de magazine, imprimée en quadrichromie, représentant la partie supérieure du sarcophage intermédiaire (?) de Toutankhamon. La reproduction photographique du masque funéraire entièrement doré est cadrée en diagonale dans cette page aux tonalités de bruns et de jaunes. Le verso de la feuille – déchirée très irrégulièrement sur toute sa hauteur – est consacré au masque funéraire du roi Sésac et de ses parures en or. Trois autres petites reproductions (en haut de page) font état des doigtiers du roi Psousennès, du bracelet du roi Sésac (orné d’un œil) et du porte-bonheur du général Ound el Baounded (vu de profil et de dos). La page imprimée en noir et blanc est marquée en haut de quatre trous de punaises et d’un cinquième (un peu plus bas) perforant un des quatre doigtiers reproduits.

dim. : ± 315 x 240

 

Notice 06/05/01/02

11 avril 2020

Un dessin figuratif exécuté au fusain sur papier léger de qualité médiocre, peut-être blanc à l’origine, mais que l’exposition à la lumière a fait virer à l’ocre-beige.

Le sujet représenté est un nu féminin assis (dans un fauteuil ?), vu de trois quarts et de profil, et coupé à mi-cuisses. Il est plein cadre.

Les quelques traits qui esquissent le corps sont francs et larges, l’essentiel du dessin tient dans le contraste entre le fond de papier quasi vierge et les larges zones ombrées qui l’entourent. La masse des cheveux relevés en chignon est d’un noir plus dense ; il en est de même pour le pubis et l’ombre du sein droit. La jeune femme qui a servi de modèle paraît assez corpulente, ses yeux semblent clos.

Au bas du dessin, on remarque quelques petites taches noires (gouttes projetées ?) qui se déploient autour de la date (11 novembre 60) et de la signature (F…). Aux quatre angles, on distingue la marque plus claire laissée par les punaises qui maintenaient le papier sur le mur, et, autour de ces marques, de nombreux petits trous témoins d’anciens accrochages.

Le dessin – non fixé – a été traité lors de sa manipulation pour la présente notice descriptive.

La facture du dessin est assez proche de celle de la peinture décrite en 06/01/01/176.

dim. : 1020 x 630

Notice 06/05/01/01

5 avril 2020

Deux affiches publicitaires pour les automobiles Renault « 4 CV » et « Domaine ». L’une et l’autre sont en quadrichromie et représentent le véhicule à l’arrêt dans un environnement paysager. Le type et la marque sont inscrits en gros caractères noirs, sous la photo, dans une réserve blanche couvrant toute la base de l’affiche. Le logo losangé (jaune et noir) est centré au-dessous du texte ; la mention « Régie nationale » est associée à l’intitulé de la marque. Les modèles représentés datent du milieu des années 1950.

La « 4 CV » est photographiée en gros plan, légèrement en plongée ; elle est garée dans une allée devant un escalier de briques et parapet en grosses pierres à peine équarries Plus haut, on devine une terrasse et un second escalier couvert d’une toiture de tuiles plates. Les abords sont très verdoyants : cyprès, lierre, buissons. Au premier plan, longeant l’allée, on voit un rang de rosiers roses. En plan médian, une jeune femme brune aux cheveux courts, vêtue d’une longue jupe vert émeraude et d’un pull-over noir, tenant un sac par sa longue bride, descend l’escalier ; son mouvement s’arrête à la quatrième marche. La voiture, immatriculée 1954 CB 75, est vert foncé, ses roues (en étoiles) sont de couleur crème.

Le paysage de la seconde affiche est alpin – la photo est légendée Val d’Isère. Le ciel bleu, à peine nuageux, éclaire les crêtes neigeuses et les quelques maisons du village, parmi lesquelles un gros chalet-hôtel et une banque. La « Domaine », variante de la « Frégate » version break, est en premier plan, hayon ouvert. Entourée de cinq personnages – dont un avec un chien – en tenue de sport d’hiver (pull, anorak, bonnet, lunettes noires…), elle est arrêtée sur un chemin environné de neige d’où émerge une rare végétation jaunie ; en arrière-plan, une vaste étendue blanche forme un équilibre visuel entre le village et la chaîne de montagne. La photo a été prise en légère contre-plongée. Le break est vert moyen, son immatriculation est difficilement lisible étant donné l’angle de prise de vue – pourrait être 3172 FB 75.

Les deux documents sont en assez mauvais état (déchirures multiples, froissements, marques de punaises), mais ont conservé leur chromie intacte ; seule la poussière en a un peu endommagé la qualité. Le second, très empoussiéré, est le plus abîmé : un long morceau de l’angle inférieur droit est déchiré (ce fragment a été répertorié dans un inventaire précédent).

dim. : 1000 x 620

Notice 06/04/01/15

1 avril 2020

Deux petites attaches de fabrication domestique, faites avec des morceaux de fine tôle galvanisée, façonnées, au centre, d’un repli permettant de venir pincer une plaque (?) d’environ 5 mm d’épaisseur. Ces deux « pattes » sont grossièrement découpées en un rectangle approximatif ; deux des angles sont arrondis, la partie à angle vif est percée de deux trous au travers desquels passent de fines pointes à tête plate; elles sont oxydées et couvertes de traces blanchâtres (plâtre et torchis).

dim. : ± 35 x 23 x ± 5

Notice 06/04/01/14

26 mars 2020
tags:

Trois crochets X (ou succédanés ?) à une seule pointe de fixation. L’un d’entre eux a une pointe à tête en laiton à couronne crantée, les deux autres ont une simple pointe à tête d’homme. Les crochets (laitonnés) sont oxydés, les pointes également, mais elles sont aussi recouvertes de plâtre aux trois quarts.

dim. : ± 24 x 8

Notice 06/04/01/13

21 mars 2020

Sept clous de différentes tailles. Tous sont oxydés et à moitié couverts de traces de plâtre ou de torchis. Six sont à tête plate, un (le plus petit) à tête d’homme.

dim. : L. 25 à 62