Aller au contenu principal

Notice 06/03/01/14 (fin)

5 novembre 2019

e) Une affiche, en assez mauvais état, dont le sujet principal est un visage (masculin) autour duquel gravitent trois personnages féminins.

Le visage (vu de trois quarts face) est celui de l’acteur vedette du film (André Claveau) ; il est traité en N/B (en lavis ?) sur fond bleu ciel. Les trois femmes qui entourent ce visage géant ont un rapport d’échelle d’environ 1/10e. Toutes ont des postures et des vêtements à connotation érotique (robe-bustier jaune fendue jusqu’à la taille, bustier, tablier blanc très court et bas noirs, pyjama jaune entièrement transparent).

La première – blonde –, au bas de l’illustration, tient un téléphone blanc dans la main droite ; elle est quasiment accroupie. La seconde – cheveux auburn ornés d’une petite coiffe blanche – prend appui de la main droite sur la tempe gauche du visage ; elle est légèrement cambrée. La troisième – également blonde – est « posée » sur la tête surdimensionnée, en appui sur le coude droit, le bras gauche tendu en arrière, main sur une fesse ; son corps forme un angle droit. Toutes les trois portent des chaussures (genre « mules ») à talons aiguilles.

En arrière-plan de la « blonde au téléphone », un grand cercle doté d’une grille centrale (et de rayons la reliant au cercle), surmonté de trois (?) lettres (un R), les deux autres étant dissimulées par un grand cœur rouge. Il s’agit peut-être d’une évocation de microphone.

Un second cœur (jaune) se trouve dans l’angle inférieur droit ; il est placé au-dessus des noms des musiciens et paroliers (Louigy et Georges Tabet). Une note de musique (rouge) le traverse, d’autres notes sont parsemées çà et là.

En haut, à gauche, le nom de l’actrice principale (Jacqueline Porel) est inscrit au-dessous de la vedette.

Le bas de l’affiche (un quart du format) est consacré au titre (« Les Surprises d’une nuit de noces »), aux acteurs secondaires et au réalisateur. Seul le nom de Georgette Plana est mis en exergue par un encadré. Le titre – composé en Gill Sans Ultra Bold – est agencé de façon chaotique (lettres imbriquées l’une dans l’autre) avec des caractères de cinq couleurs différentes (rouge, jaune, brun, vert, bleu). Le reste du texte est en gris-bleu assez pâle. L’illustration est signée Hurel. Une petite signature (au crayon) est apposée au-dessous du nom du second parolier. Au verso, une inscription au crayon rouge : « Surprise 73 ».

dim. : 1590 x 1195

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :