Skip to content

Notice 06/01/01/206/03/03/01

16 janvier 2018
tags: , ,

Une mèche de cheveux châtain foncé.

Publicités

Notice 06/01/01/206/03/03

12 janvier 2018

Une enveloppe identique à 06/01/01/206/03/02, pliée horizontalement en deux, rabat décollé et déchiré à la pointe, vierge à l’extérieur, mais manuscrite (au crayon) de cinq courtes lignes sur la surface grise de l’intérieur. Sous le texte sont dessinées deux marguerites croisées.

Notice 06/01/01/206/03/02

8 janvier 2018

Deux enveloppes blanches, salies de poussière, dont une froissée et marquée de l’empreinte d’un contenu ancien. Toutes deux portent la mention manuscrite à l’encre noire : « Pour C. » ; sur la seconde est ajouté « Personnellement pour elle ». Elles sont ouvertes par le rabat triangulaire qui a été assez soigneusement décollé.

format : 110 x 145

Notice 06/01/01/206/03/01

4 janvier 2018

Neuf lettres manuscrites à l’encre bleue ou noire sur plusieurs types de support (divers papiers à lettre – blanc, bleu, ivoire –, feuilles lignées ou cahiers à réglure Seyès, morceaux de page du carnet 06/01/01/206/03) et sur une ou plusieurs pages. La plupart sont pliées en quatre ; certaines sont partiellement déchirées mais complètes. Deux seulement sont datées (juillet 1957). Elles sont imbriquées l’une dans l’autre et signées C. Les autres sont de la main d’un certain J.P. Toutes font état d’une histoire d’amour.

dim. variables

Notice 06/01/01/206/03

1 janvier 2018

Un grand carnet à couverture rigide toilée gris clair, entièrement maculée de poussière et marquée de quelques petites taches rondes d’un gris un peu plus soutenu.

Le revers de la couverture porte une étiquette dans l’angle supérieur gauche, à l’adresse des Ets Cogery (SA) à Paris, 11, rue La Boétie. Le numéro de téléphone débute encore par trois lettres ; une réserve blanche porte un numéro (14243) inscrit au tampon noir. La page de garde a été découpée d’un quasi-rectangle dans l’angle supérieur droit ; en marge gauche, manuscrit à l’encre bleue, on peut lire « Pour toi… »

Ce carnet compte un nombre important de pages quadrillées (à tranche bleue), mais seuls six feuillets ont été utilisés. Les cinq premiers sont couverts d’une fine écriture manuscrite à l’encre bleue occupant la totalité des pages. Le sixième n’est manuscrit qu’au recto, au crayon graphite, sur une demi-page et d’une écriture beaucoup plus ample (mais vraisemblablement la même que sur les pages précédentes).

La première page commence par « Dimanche matin » (souligné) surmonté de «Je t’aime ».

L’ensemble des notes s’étend sur neuf jours discontinus, la dernière page n’est pas datée. Les derniers mots inscrits sont « incendies ta bouche ».

Le texte, assez limpide au début, se couvre de ratures au fur et à mesure de sa progression, et selon la longueur des séquences journalières. L’une d’entre elles ne compte que trois mots.

dim. : 145 x 215 x 25

Notice 06/01/01/206/02

28 décembre 2017

Une trousse d’écolier, en cuir rouge foncé brillant, marqué d’une empreinte donnant l’illusion de la peau de serpent.

L’objet est constitué de trois parties : un rabat asymétrique sur lequel est fixé un fermoir à cliquet et languette, et deux volets dotés de passants susceptibles de recevoir des crayons ou stylos de différentes tailles. Ces volets sont également pourvus de rabats latéraux. Une découpe rectangulaire est pratiquée au revers du rabat à fermoir ; le cuir est remplacé par une mince feuille de plastique transparent, créant ainsi une fenêtre où l’on peut insérer une étiquette. Les parties mâle et femelle du fermoir sont en métal doré très altéré.

L’aspect extérieur de la trousse est terni, mais l’intérieur a conservé tout son éclat.

dim. : 205 x 110 x ± 15

Notice 06/01/01/206/01/11

24 décembre 2017

Des petits débris de papier blanc, de carton, de taillures de crayons, ainsi qu’une feuille de papier à réglure Seyès, entièrement froissée, plissée, sur laquelle on distingue des exercices de conjugaison anglaise manuscrits à l’encre bleue.