Aller au contenu principal

Notice 06/01/01/224

16 octobre 2018

Une jupe courte, de coupe simple, très légèrement évasée, fendue sur les côtés, pincée à la taille par deux doubles plis assez courts et deux un peu plus longs. La ceinture, étroite, est dotée d’un bouton blanc et d’un passant en cordonnet. La jupe se ferme par une fermeture à glissière blanche; une trace plissée laisse supposer que le vêtement a été élargi.

Le tissu blanc-ivoire semble être un drap de coton, peut-être mélangé à une fibre synthétique (aucune étiquette n’en atteste, la fabrication paraît être domestique).

dim. : 570 x 370 à 510

Publicités

Notice 06/01/01/223

12 octobre 2018

Deux morceaux de tissu rose – de deux nuances différentes. L’un est vraisemblablement un fragment de drap ; l’autre, un tissu plus duveteux, assez doux au contact, est très marqué de traces de poussière.

L’un et l’autre étaient à usage de chiffons ; ils sont tous deux froissés, chiffonnés.

dim. : ± 360 x 600 et 460 x 600

Notice 06/01/01/222

8 octobre 2018

Une robe noire, droite, sans manches, légèrement pincée à la taille et dotée d’une fermeture à glissière partant du centre du décolleté carré jusqu’au-dessous de la taille.

Le façonnage est artisanal, le velours ras et uni est encore en bon état ; seule une raie décolorée verticale – due certainement au pliage et à l’exposition à la lumière – a endommagé le vêtement.

Une longue ceinture (à nouer) est associée à la robe ; elle est du même tissu. À noter que la robe n’a pas de passants.

dim. : ± 1010 x 410 à 450

Notice 06/01/01/221

4 octobre 2018

Deux pièces de tissu d’ameublement, étroites et longues, identiques de taille et d’aspect, fortement décolorées sur une des faces et trouées. Les motifs à rayures – noir-brun et écru – ainsi que les bandes unies rouges, alternées, sont tissés à grosses mailles. Les rayures sont de deux natures : trois étroites où sont mêlées les mailles des deux teintes, puis une large reprenant le même principe de tissage, mais bordée d’une double ligne unie noir-brun. Les bandes rouges sont de largeur quasi constante, c’est-à-dire environ 60.

Les pièces ont été coupées dans le sens de la largeur : les rayures sont donc parallèles aux petits côtés qui sont effrangés.

La matière rustique du tissage, le motif bayadère, la décoloration plus ou moins prononcée des fibres (de coton ?), donnent à ce tissu une connotation ethnique comme il en existait dans les années 1950-1960.

Ces pièces de tissu ont pu servir au recouvrement d’un lit ou comme décor mural (?).

L’autre face a conservé toute la vivacité de ses teintes.

dim. : ± 2500 x 700

 

Notice 06/01/01/220

1 octobre 2018

Un ex-calendrier bimestriel – illustré de reproductions de tableaux du Louvre (pour la plupart des détails ou des recadrages) – dont les bas de page ont été coupés. Il ne reste que les reproductions qui occupent presque toute la surface de la page, excepté une marge de 3,5 cm sur les côtés.

Les feuillets sont reliés par deux barrettes de griffes en métal laqué blanc, passées au travers de fines perforations rectangulaires pratiquées dans les hauts de page ainsi que dans une bande de carton blanc de même largeur. Un grand trou circulaire est percé à cheval sur les feuillets et le carton ; une tige de métal laqué blanc – recourbée au centre en demi-cercle – est passée au travers des huit premières griffes de part et d’autre du trou : elle fait office de suspensoir.

Les six reproductions en quadrichromie (Portrait d’une princesse de la famille d’Este de Pisanello, Portrait de Mademoiselle Rivière de Ingres, Le Banquier et sa femme de Metsys, Vénus et les trois Grâces de Botticelli, Gabrielle d’Estrées et la Duchesse de Villars de l’École de Fontainebleau, et La Marquise de la Solana de Goya) sont d’assez bonne qualité ; il est à noter que plusieurs des titres sont inexacts ou imprécis (par exemple, Le Prêteur et sa femme) ou que le cadrage élimine le personnage clé du tableau (sur celui de l’École de Fontainebleau, on ne voit que la duchesse de Villars et la jeune femme cousant en arrière-plan).

À noter également que, les bas de page étant coupés irrégulièrement mais dans une certaine progression de longueur, on peut voir l’amorce d’un logo appartenant à une fameuse fabrique de papier dans les années 1950 ; des documents au nom de ce fabricant ont déjà été répertoriés dans l’inventaire.

dim. : ± 305 x 390

Notice 06/01/01/219

28 septembre 2018

Un grand sachet en papier blanc, imprimé en rouge et noir au nom d’une chaîne de magasins de vêtements. Le graphisme du décor est géométrique ; la composition des bandes horizontales et verticales associées aux textes pourrait s’apparenter à certaines créations de l’école du Bauhaus. Le décor est identique au recto et au verso.

Le sachet semble être construit à partir de deux feuilles assemblées par pliage et collage ; les extrémités sont crantées, les côtés sont à soufflets.

L’ouverture est renforcée de carton léger et dotée d’une double découpe formant poignée. Un repli, également renforcé, double cette découpe, ce qui permet d’en consolider la prise et de clore plus efficacement le sachet. Un schéma – composé de traits horizontaux et verticaux assortis de nombres – est tracé à l’encre noire au bas d’une de ses faces.

Le papier – jauni et sali de poussière et de frottements – est marqué de multiples pliures, mais n’a subi aucun accroc.

dim. : 480 x 540

Notice 06/01/01/218

25 septembre 2018

Un sachet en plastique transparent fait de deux feuilles soudées sur trois des côtés. Deux petits trous d’environ 5 mm de diamètre sont percés à 1 cm de la base et de l’ouverture. Une partie de sa surface est marquée de poussière, principalement au centre où l’on voit une zone noirâtre formant un angle ; cette empreinte de poussière est délimitée par un pli qui partage à peu près en deux le sachet. Son aspect laisse supposer de multiples manipulations étant donné l’apparent froissage de sa matière.

dim. : 360 x 150